Jour 0 : le tout début de l’aventure

Lundi 29 septembre commence vraiment notre voyage en Islande. Déjà par cet exercice toujours difficile qu’est le remplissage des bagages. Deux valises en soute et deux valises en cabine (sans un autre petit bagage à main, du moins pour Transavia). Ces dernières contiendront donc tout l’électronique (appareil photo, go-pro, ordinateur, …) ainsi que quelques autres affaires.

Séparer nos affaires, au cas où une valise se perd, que chacun ait de quoi s’habiller !

Peser… on est plus que bon ! c’est plus volumineux que lourd finalement ! mais on aura de la place pour ramener des souvenirs ! des pulls en laine islandaise, de la bière de là-bas, pourquoi pas des boules à neige aussi ?

S’enregistrer en ligne aussi et imprimer les « boarding pass ». Numéro de vol TO 3850 à destination de Reykjavik (Keflavik).

Partir vers 17h20 pour parer à tout embouteillage et arriver à l’aéroport d’Orly à 19h20 : nous ne sommes vraiment pas en retard !

Le temps de procéder à l’enregistrement des deux bagages en soute (11,9 kg et 19,2 kg), de grignoter un peu, de passer l’enregistrement (un peu compliqué vu qu’il faut sortir tout l’électronique des valises, …), de flâner dans le duty-free et 21h40 embarquement !!! l’avion n’est pas complet : nous avons donc de la place pour nous étendre ! enfin surtout Johan avec ses grandes jambes ! 22h25 après un très léger retard, l’avion se met en mouvement : c’est vraiment le début des vacances !

img_20160926_204736

Le siège contre le hublot est vraiment génial notamment car (je ne vous apprend rien) il permet de contempler la vue ! Partir de nuit permet d’observer la France illuminée : que de consommations d’énergie mais aussi une facilité pour reconnaitre l’urbanisation de la France. Les lotissements, les grandes avenues, un aéroport où les avions semblent aussi petits que les jouets pour enfants, des terrains de foot ou de tennis éclairés, auxquels succèdent des espaces sombres (la campagne) mités par des villages aux rues droites et perpendiculaires les unes aux autres.

Cette vue est bientôt cachée par les nuages quand nous montons dans l’atmosphère. Quelques turbulences, peut-être dues au vent de front comme nous l’a annoncé notre commandant de bord ?

4h de vol : le temps de lire les magazines de l’aéroport et de l’avion, de se reposer un peu, d’écrire ces premières lignes, … et nous serons à Reykjavik !

23h déjà la mer, si facilement reconnaissable grâce à l’éclairage public : une anse de lumière dont le contour est régulier !

23h15, le service passe : les prix sont corrects (plus chers que les prix courants mais la compagnie doit bien se faire de la marge quelque part !). Tout est noir dehors, sauf quelques lumières qui brillent au loin : un peu plus près des étoiles

01h30 réveiller par un sursaut de l’appareil, et regarder par le hublot. Oh my god !!!!!!!! Ces lumières vertes qui dansent dans le ciel : c’est sublime ! une aurore boréale, depuis un avion, au dessus des nuages et sous ce phénomène magique. Vous pouvez faire demi-tour, on a vu ce qu’on voulait voir ^^

C’est un peu flou, les lumière sont diffuses : du vert au rose pâle, mais fondu, très artistique, qui s’illumine plus ou moins. On dirait le clavier d’un piano et que quelqu’un est en train de jouer, les touches s’enfonçant et remontant. C’est vraiment vraiment somptueux. Que les premiers Hommes y aient vu la main des Dieux, c’est fort compréhensible. On se sent à la fois privilégié d’assister à un tel spectacle, mais aussi étrangement tout petit devant la force de la Nature.

02h, les premières lumières de l’Islande ! des petites villes, des phares puis Reykjavik, tâche lumineuse beaucoup plus grande, les contours des côtes et la mer, éclairée par la lumière de la lune sans doute ! Et toujours un trait de lumière verte : oui, vraiment nous aurons eu de la chance !

atterrissage, sortir de l’avion, aller récupérer les bagages, grande boutique duty-free : Reykjavik est un aéroport assez moderne ! Et fly-bus ! L’anglais du personnel de l’aéroport est compréhensible, celui du Flybus est teinté d’un accent… ça va être sympa de dialoguer ! L’islandais est une langue un peu gutturale, comme l’Allemand, mais les messages sont traduits en anglais et ils écoutent Roxanne de The Police à la radio !

Route assez courte jusqu’à l’hôtel Viking, dans le quartier Hafnarfjordur de Reykjavik. Marcher, dans la fraicheur nocturne jusqu’à la guesthouse. Voir deux chats et entendre des oies ? La maison ne paie pas de mine, mais l’intérieur est sobre et accueillant. Et il faut chaud !!! La chambre est grande, propre, le linge sent bon. La cuisine est à disposition avec de nombreux aliments « help yourself » : on retrouve ici la convivialité anglo-saxonne. S’hydrater un peu avant d’aller se coucher. Matelas confortable, couette peu épaisse mais qui tient chaud. Donner quelques nouvelles, grâce à Internet gratuit par wi-fi et 4h30 (heure française) s’endormir.